Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 11:43

  h-20-1480980-1238672169.jpg

 

"Une scène invraisemblable s’est produite dimanche en fin d’après-midi au service des urgences de l’hôpital Michallon, à Grenoble. Une bande de malfrats a attaqué le personnel soignant et a semé la dévastation, frappant violemment à la tête un médecin et blessant trois autres membres du personnel venus à son secours.[..]

Ils lui reprochent de ne pas prendre suffisamment soin d’une proche

Ce déchaînement de violence s’est produit vers 18 heures : cinq à sept personnes, dont une femme, se sont introduits aux urgences sans se présenter à l’entrée du service, mais en passant par celle du CHU, lieu où les allées et venues ne sont pas filtrées.

L’un des médecins travaillait dans son bureau lorsque le groupe a fait irruption dans la pièce en hurlant. Selon Françoise Carpentier, les agresseurs auraient reproché au médecin de ne pas avoir pris suffisamment soin d’une proche, hospitalisée dans le service. Ils n’auraient cependant pas donné d’élément d’identification précis, le personnel ayant ensuite fait lui-même le rapprochement avec une patiente qui s’était plainte d’avoir été placée dans un lieu du service qui ne lui convenait pas…


Frappé violemment à la tête une première fois, le médecin était en train de se faire littéralement lyncher lorsqu’un aide-soignant a pénétré dans le bureau à son tour et a ceinturé l’un des malfrats pour l’empêcher d’abattre une chaise sur le crâne du praticien !"

 

L'hôpital devient un lieu de plus en plus violent .

 

 

 

 

 

 

Artcile en entier,source :  ledauphine.com

Partager cet article

Repost 0
Published by aide soignant
commenter cet article

commentaires

Maintien à domicile 18/05/2012 15:43

Il me semble que c'est une tendance dans beaucoup de chose, mais il est vrai que l'on entend beaucoup parler de manque de respect envers le personnel soignant.

Il est triste de voir que les personnes qui prennent soin de nous et de nos ainées soient aussi peu considérés.